Economie circulaire : quels sont les enjeux de demain ? - Citae
Fermer le menu
Retour en haut de page
Economie circulaire : quels sont les enjeux de demain ?

Economie circulaire : quels sont les enjeux de demain ?

26 novembre 2020
Alors que les ressources s’épuisent et que les décharges se remplissent, un autre modèle est nécessaire. Il doit permettre de créer un cycle vertueux dans lequel les déchets peuvent avoir plusieurs vies. C’est le principe de l’économie circulaire. Afin d’encourager sa mise en place, un cadre réglementaire se met en place et de nombreuses initiatives voient le jour. L’économie circulaire s’applique à tous les secteurs de la société et vise, dans l’idéal, à remplacer les standards actuels.

 

L’industrie du bâtiment est particulièrement concernée par l’épuisement des ressources (sable, eau, etc.) et la production de déchets. Le développement de l’économie circulaire est donc un enjeu très fort dans ce secteur.

 

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

L’ADEME définit l’économie circulaire comme “un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits, vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement”. L’Institut de l’Économie Circulaire indique aussi que “l’économie circulaire rompt avec le schéma traditionnel de production linéaire […] auquel il substitue une logique de boucle, où l’on recherche la création de valeur positive à chaque étape en évitant le gaspillage des ressources tout en assurant la satisfaction du consommateur”.

 

L’économie linéaire, majoritaire actuellement, consiste à extraire des ressources pour fabriquer un produit qui devient directement un déchet après utilisation. L’économie circulaire a pour objectif de générer le minimum de déchets possibles en valorisant les produits, au lieu de jeter.

 

Il existe plusieurs types de valorisations qui ont chacun une définition précise et une hiérarchie au niveau de l’impact environnemental :

  • Le réemploi : utiliser à nouveau des matériaux ou produits pour un usage identique à celui pour lesquels ils ont été conçus. L’impact environnemental est le plus faible car un produit réemployé n’implique que peu de transports et de préparation.
  • La réutilisation : utiliser à nouveau des matériaux ou produits mais pour un usage différent. L’impact est plus élevé que pour le réemploi du fait du transport éventuel d’un site à l’autre et/ou d’une préparation spécifique pour détourner l’usage initial.
  • Le recyclage : transformer les matériaux ou produits pour être réincorporés dans un processus de production en tant que matière secondaire. L’impact environnemental est le plus élevé car le déchet est transporté jusqu’à un centre de recyclage et transformer pour produire un matériau neuf en utilisant de l’énergie.

Le réemploi et la réutilisation sont donc les types de valorisations à privilégier.

 

 

Le BTP, plus gros émetteur de déchets dans le monde

Les matériaux ou produits du bâtiment à valoriser font partie de la mine urbaine. En France, la mine urbaine correspond aux 227,5 millions de tonnes par an de déchets liés au BTP et 18% d’entre eux sont attribués uniquement au bâtiment. En 2014, ce sont plus de 42 millions de tonnes de déchets qui ont été produits, dont : 75% de déchets inertes, 23% de déchets non inertes non dangereux et 3% de déchets dangereux. On peut considérer les déchets non dangereux du bâtiment (41 millions de tonnes) comme des ressources de réemploi et de réutilisation. Il s’agit donc de boucler ce flux de matières pour passer d’un fonctionnement linéaire à circulaire.

 

La directive cadre relative aux déchets du 19 novembre 2008 fixe un objectif de 70% de valorisation des déchets de construction et de démolition à l’horizon 2020 pour les pays de l’Union Européenne. En France, seulement 50% de ces déchets étaient valorisés en 2008 et principalement via le recyclage. La Loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire du 10 février 2020 encourage le réemploi des matériaux et produits issus de la construction et démolition de bâtiments. Néanmoins, la démarche de réemploi est aujourd’hui peu suivie et principalement sur des projets d’expérimentation.

 

 

Chez Citae, nous sommes convaincus de la nécessité de diminuer l’extraction de matières premières et de réduire nos déchets. Pour cela, nous vous accompagnons dans la mise en œuvre de la démarche d’économie circulaire sur vos projets afin de participer activement à créer une société plus vertueuse et favoriser le bien-être urbain.

 

Apolline VANDERSPEETEN